ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  webmg 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact  

 

 

Rubriques

Liens


tanintsika

 
 
 
 
 
 
 
Nouvelle page 1 
 
 
 
 
 

 

 

 
GEOGRAPHIE

 

 
Cette île se situe dans l'Océan Indien, au sud de  
l'équateur, séparée des côtes est-africaines par le Canal du Mozambique. Le  
Tropique sud ( Capricorne ) passe par le sud du pays au niveau de Tuléar.

 

 
- Longueur de l'île : 
1
580  
Kms

 

 
- Largeur de l'île : 
580 kms

 

 
- Superficie : 
587 041km  
2

 

 
- 5000 kms de côte

 

 
- Population :
16 437 000 
d'habitants  
divisés en 18 ethnies d'origines diverses (Asie, Afrique )

 

 
- Densité de  
population :
20.4 habitants / km 2

 

 
- Principales  
ressources
:  
vanille ( l'or noir de Madagascar ), girofle, crevettes, café, tourisme,  
richesses minières.

 

 
- Sommets les plus élevés
le Tsaratanana 2880 m et l'Ankaratra 2640 m.

 

 
 
Langues:
 
l
es langues  
officielles sont le malgache et le français qui est la langue administrative.  
Plusieurs dialectes dans toute l’île.

 

 
Capitale:  
Antananarivo

 

 
 
Décalage(s) horaire(s)/ Paris

+ 1 heure en  
été, + 2 heures en hiver de décalage entre la France et Madagascar.

 

 
Principales villes
Antsiranana ,  
Fianarantsoa , Mahajanga , Tamatave, Tuléar

 

 
Devise:  
A
riary 

 

 
Transports urbains
Taxi, bus et  
pousse-pousse.

 

 
Climat :  
La meilleure période  
pour Madagascar va de avril à septembre.

 

 
                
Antananarivo : de  
16 à 25°C en janvier et de 9 à 18°C en juillet.
 
                 
Nosy Be : de 23 à 31° en janvier et de 17 à 29 ° en juillet.

 

 
 
F
estivités  
:
Fêtes  
religieuses chrétiennes.
 
1er janvier. 29 mars, fête de la Révolte.
 
Avril : Pâques. Mai : fête du travail, Ascencion, fête du 
Oua.
 
26 juin : fête de l'indépendance. 15 août : Assomption. 1er novembre. 25  
décembre.

 

 
HISTOIRE

 

 
 

 

 
Madagascar n’est pas habité avant le VII siècle, du  
moins rien ne le prouve. Les Malgaches viennent donc d’ailleurs. Les ancêtres  
des malgaches actuels venaient d’Afrique et d’Asie, précisément d’Afrique  
orientale et d’Indonésie.  

 

 
 
Dès le VII siècle les maris indonésiens naviguaient dans l’archipel  
malais, jusqu’au sud de l’Inde et aux îles Maldives. C’était principalement des  
commerçants, ils naviguaient le long des côtes sur des pirogues, se guidaient  
grâce aux étoiles et dérivaient, c’est ainsi qu’ils ont pu découvrir Madagascar.  
Sur ces bateaux, il y avait aussi des serviteurs noirs, africains mais peut-être  
aussi de l’Inde du Sud. Ils auraient abordé les côtes par le nord de l’île, puis  
caboté le long des côtes est, puis seraient remonté vers les Hautes Terres.

 

 
On assiste peu à peu à l’installation de différents  
groupes arabisés, sans doute indonésiens qui s’établissent dans la pointe sud de  
l’île (région de Fort-Dauphin) et qui donnent naissance à plusieurs ethnies vers  
le XVI siècle. Ils colonisent également la côte est, et notamment la vallée de  
la Matitanana, peu à peu ils remontent vers l’ouest et les plateaux.  

 

 
Dès le XVII siècle des voyageurs européens  
décrirent ce qu’ils avaient trouvé sur l’île. La société était divisée en deux  
groupes, les blancs (Fotsy) et les noirs (Mainty). Chacun de ces groupes avait  
sa propre hiérarchie , les Fotsy étaient descendants des ZafindRaminia  
(indonésiens) et les Mainty de clans autochtones. Ils étaient installés dans le  
pays de Matacassy (d’où est venu Madagascar) région de Fort-Dauphin. Ces  
Madécasses furent les premiers à avoir des relations avec les occidentaux aux  
XVI et XVII siècles. Diego Diaz, capitaine portugais dérouté après le cap de  
Bonne-Espérance découvrit Madagascar et l’appela l’île Saint-Laurent. Il fut  
suivi par des commerçants portugais et des missionnaires, les relations furent  
tendues et ils ne réussirent pas à convertir les populations au christianisme.  
De ce fait ils abandonnèrent leurs projets d’installation sur l’île.

 

 
 
Au XVIII siècle des aventuriers de toutes origines (hollandais, français,  
anglais) firent le commerce d’esclaves revendus sur l’île Maurice et dans les  
plantations de la Caraïbe. L’équilibre de l’île fut perturbé à cette époque. 
 

 

 
L’Ouest fut dominé par les Sakalava, cette ethnie  
venue de la côte Est à la fin du XV se mêla à d’autres groupes. Un de leurs  
rois, Andriandahifotsy (XVII) franchit le fleuve Mangoky et conquit le Menabe.  
Il fit cacher un bœuf roux dans une tranchée et les mugissements semblant sortir  
de terre terrifièrent les ennemis et lui assura la victoire. Deux lignées sont à  
l’origine des deux grands royaumes Sakalava,  le Boina et le Menabe.  

 

 
 
L’organisation, de type féodal, divisa le royaume Sakalava en trois  
parties, les Anakandria ou nobles,  les Anakombes ou gens libres, et les Andevo,  
esclaves ou prisonniers de guerre. Ils vénéraient les reliques des anciens rois  
défunts  qu’ils appelaient  les  dady. Les Sakalava gagnèrent encore des  
territoires plus reculés, les liens qu’ils avaient avec les négriers leur  
permirent d’avoir des armes. Ils durent néanmoins céder leurs territoires  
côtiers aux français contre leur protection.  

 

 
Les premiers souverains d’Imerina:
 
Rangita
, une femme qu’on appelait « la crépue » est à l’origine du royaume  
d’Imerina. Par son mariage avec la fille d’un seigneur voisin, son fils  
Andriamanelo
agrandit le royaume ( (1540-1575) et établit sa capitale à  
Alasora, village fortifié. On roulait une énorme pierre ronde la nuit devant  
l’entrée. C’était un roi-forgeron, il introduisit lances, haches, sagaies de  
fer, jusque là inconnues.  

 

 
 
Le véritable fondateur d’Imerina fut Ralambo (1575-1610) . Il  
étendit son royaume vers le sud jusqu’à l’Ankaratra et jusqu’aux limites de la  
forêt vers l’Est. Son fils  Andrianjaka lui succéda et déplaça la  
capitale en un lieu appelé « la forêt bleue ». Cette nouvelle capitale eut pour  
non Tananarive. Le roi y avait installé une garnison d’un millier d’hommes (Tanana-arivo :  
le village des mille). Il fit ériger des digues, assécher les marais et  
développa la riziculture. Son fils et successeur, Andriamasinavalona fut un  
prince juste et bon , il s’allia avec ses voisins et agrandit le royaume. 
 

 

 
Son successeur eut la mauvaise idée de céder des seigneuries à ses quatre fils  
qui se battirent entre eux. L’un d’eux fit même jeter son père en prison pendant  
sept ans. Mais de fidèles partisans sauvèrent le roi et il fallait un sacrifice  
pour célébrer cet événement. Un seul paysan se porta volontaire mais le roi  
refusa ce sacrifice. Les fils continuèrent leurs querelles et ce fut le désordre  
jusqu’à l’arrivée d’un nouveau roi Andrianampoinimerina

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
(c) Nadia R - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 24.08.2006
- Déjà 3255 visites sur ce site!